« Exaggerated Feelings »

du 05 Septembre au 31 Octobre 2020

Commissaire : Carlos Sanchez Bautista

Cette exposition, revendique des valeurs humaines, elle axe sur les sentiments, sur la conscience pour nous amener Ă  nous demander : quelles sont les valeurs de la machine ? Autour des oeuvres de Donatien Aubert, Asdrubal Colmenarez, Kamilia Kard, Tomek Jarolim et Fabien Zocco nous sommes invitĂ©s Ă  regarder d’autres processus crĂ©atif se matĂ©rialiser. Asdrubal Colmenarez, prĂ©sente une Ĺ“uvre interactive qui interroge la collaboration entre l’humain et le robot alors que Donatien Aubert s’engage dans une esthĂ©tique alliant art et science, Fabien Zocco, nous renvoie aux prĂ©mices d’une histoire, dĂ©sormais programmĂ©e et Kamilia Kard met en scène la question de la beautĂ© avec une « digital venus ». Quant Ă  Tomek Jarolim il dĂ©borde d’effets pour initier des rĂ©flexions dĂ©rangeantes

Exagerated Feelings est un engagement des natifs digitaux, liĂ©s par le fil algorithmique de l’intuition, reliĂ©s par l’intelligence naturelle, dĂ©sordonnĂ©s, construisant un habitat oĂą tout est Ă  faire?

Donatien Aubert

Artiste, chercheur et auteur.

NĂ© en 1979, vit et travail Ă  Paris.
Après avoir accompli ses principales études à l’École Nationale Supérieure d’Arts de Paris-Cergy (DNSEP obtenu avec les félicitations du jury — 2014), il a été membre du programme Spatial Media du Laboratoire de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs (EnsadLab), spécialisé dans la conception d’environnements 3D interactifs, immersifs et partagés. Depuis 2019, il est docteur en littérature comparée de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université. Donatien Aubert appuie son travail plastique (vidéo, volume, installation, conception et fabrication assistées par ordinateur, réalité virtuelle, projets art-science) sur des recherches qui l’ont amené à travailler avec plusieurs laboratoires, notamment le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF), l’EnsadLab, le Labex OBVIL ou encore l’Assistance Publique — Hôpitaux de Paris.

La Torre dell’anima
(tomographies préopératoires), 2017 Impressions 3D par frittage de poudre, polyamide, vernis mat, inox poli miroir, Tomographies anonymisées. Avec la collaboration du chirurgien maxillofacial Roman Hossein Khonsari Echelle 12:10

Asdrubal Colmenarez

Parallèlement à son activité artistique, il est professeur d’art contemporain à l’Université de Vincennes à Paris depuis 1973 et a représenté son pays, le Venezuela, à la Biennale de La Havane en 1983 et 1985. D’importantes institutions et galeries d’art ont également soutenu pendant très longtemps l’œuvre d’Asdrubal Colmenarez en l’intégrant dans de grandes collections et œuvres monumentales en Amérique latine, en Europe et en Asie, le consolidant ainsi en tant qu’artiste de la scène internationale à qui de nombreux hommages ont déjà été rendus, tels qu’un honris causa de l’université ULA Venezuela. Asdrubal travaille actuellement dans ses ateliers à Paris en France et à Tenerife en Espagne.

obtient la bourse de la Fondation Guggenheim Ă  New York en 1970.

Robot automate 40X40X40cm, 2007

Tomek Jarolim

est né en 1983 à Aix-en-Provence

Son travail interroge le statut du regardeur ainsi que le regardable lui-même, à travers une recherche sensible autour de la lumière et la couleur du pixel. Ses pièces prennent la forme d’images génératives diffusées sur une large palette de dispositifs : écrans, smartphones, vidéoprojections, éditions, performances scéniques, ou directement sur les paupières.
Sa pratique artistique se concentre sur les différentes manières de donner à voir – ou à ressentir – les limites de la machine et de la perception, en invoquant tantôt l’infiniment grand et l’infiniment petit, tantôt le si loin si poche. Ses travaux s’appuient sur la recherche d’algorithme, ou les phénomènes optiques ou lumineux qui challengent la perception.
Parallèlement à ses projets personnels, il collabore à des projets tels que Fenêtre Augmentée de Thierry Fournier au Centre Pompidou ou Discontrol Party de Samuel Bianchini à la Gaîté Lyrique. En 2011, il signe la création numérique de Ring Saga, un opéra mis en scène par Antoine Gindt d’après L’anneau du Nibelung de Richard Wagner, pour lequel il travaille également sur une « rêverie » intitulée Voyageur à Venise (Wanderer Post-Scriptum).

Random Series. Installation générative 2016~. Logiciel dédié, ordinateur, écran plat. Dimensions variables.

Kamilia Kard

est une artiste hongroise / italienne née à Milan, en Italie.

Elle est titulaire d’une maîtrise en économie politique (CLEP) de l’Université Bocconi de Milan (2003), d’une licence en peinture (2012) et d’une maîtrise en art net (2014), toutes deux de l’Académie des beaux-arts de Brera, Milan. Le travail de Kamilia Kard se concentre sur la construction de l’identité dans Internet ag.
Depuis 2016, elle enseigne les langages multimédias à l’Académie des Beaux-Arts de Brera, Milan, Netart à l’Académie Alma Artis de Pise et la modélisation 3D à l’Académie des Beaux-Arts de Carrare. Actuellement Kamilia Kard travail entre la France et l’Italie et dans le cybermonde.

Womans as a Temple, 29x27x40cm, sculpture 3D 2017

Fabien Zocco

explore le potentiel plastique de la dématérialisation informatique, des applications et autres logiciels Jouant des infinies possibilités offertes par le réseau digital, il reprend les icônes de la culture populaire numérique et l’esthétique virtuelle, pour créer des architectures, des formes ou des récits futuristes. Non sans une pointe de dérision, il interroge notre rapport aux nouvelles technologies qui ont envahi notre quotidien et sonde notre rapport au virtuel.» Sonia Recasens, catalogue Jeune Création 2014

Son travail a notamment Ă©tĂ© prĂ©sentĂ© en France (Le CENT-QUATRE (Paris), Le Fresnoy (Tourcoing), Fond RĂ©gional d’Art Contemporain Poitou-Charentes (AngoulĂŞme)…), en Chine (Pearl Art Museum, Shanghai), au Mexique (Institut Français d’AmĂ©rique Latine, Mexico), au Canada (galerie de L’UQTR, Trois-Rivières), en Pologne (programme A-I-R, Wroclaw), en Belgique (Biennale NTAA (Gand), MusĂ©e Royal de Mariemont), en Allemagne (GEH8, Dresde) et en ligne (The Wrong – New digital art biennale).

Fabien Zocco est diplômé du Fresnoy-Studio National des Arts Contemporains (2016, félicitations du jury).

(“Chiros” = mains,” topos” = lieu)

La pièce présente deux mains robotiques à l’aspect métallique et mécanique, qui entretiennent un dialogue où le geste se substituerait à tout contenu verbale ou sémantique. La facture éminemment antinaturelle des deux mains évoque autant la tradition picturale des représentations d’écorchés -les câbles associés aux mécanismes divers remplaçant les muscles, tendons et autres terminaisons nerveuses habituelles du genre-, autant qu’elle leur confère une dimension science-fictionnelle résolument assumée.

Avec le soutien de la ville de Lille et du festival ZERO1.

Chirotope, Sculpture robotique, 2020. Mains robots, électronique. (“Chiros” = mains,” topos” = lieu)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s