INTERFERENCES

Interférences

28 janvier → 25 février 2017

« En mécanique ondulatoire, les interférences sont la combinaison de deux ondes susceptibles d’interagir. Ce phénomène apparaît souvent en optique avec les ondes lumineuses, mais il s’obtient également avec des ondes électromagnétiques d’autres longueurs d’onde, ou avec d’autres types d’ondes comme les ondes sonores. ».

Les étoiles ne sont pas visibles à l’œil nu à la présence du soleil ; les télescopes optiques captent les radiofréquences des ondes et le spectre électromagnétique de l’univers peut alors être observé. Pour cet événement, nous ouvrons les portes à la science, et présentons des œuvres où recherche scientifique et technologique sont les mots clés de cette exploration :

« Etalon Lumière » par Félicie D’Estienne D’Orves

La série Étalon lumière réintroduit l’idée de temps cosmique relatif aux rythmes naturels comme système de référence. Chaque étalon correspond à un objet du système solaire et suit le temps que la lumière met à parvenir à la Terre pour chacun d’eux. Soit ~ 8 minutes pour le Soleil, 2 à 15 minutes pour Vénus, 3 à 22 minutes pour Mars, 4 heures à 4 heures 30 pour Neptune….

20161004_204355

Néon Pulsar par Rémi Tamburini :

Ces lignes de néons provenant de la même origine sont une ré-interprétation de l’étoile pulsar écrite sur la plaque pioneer. (« La plaque de Pioneer est une plaque sur laquelle un message pictural de l’humanité est gravé: un homme et une femme représentés nus, ainsi que plusieurs symboles fournissant des informations sur l’origine des sondes.

Ce schéma sur la plaque répresente la position de la terre et permet de situer le système solaire dans la galaxie.

neon-pulsar-remi-tamburini

« Post-Digital Mirroir » par Pascal Dombis :

« … Les nouvelles technologies dans leur usage artistique créent le fractal, le rhizome et le mouvement de et dans l’image. On est donc passé des facettes d’un réel en abîme propre aux miroirs, à un «épiderme» feuilleté d’images. Un panoptisme de l’interface et de l’artefact, où la topologie courbe peut surgir d’un épiderme apparemment ordonné géométriquement, dans un baroque minimaliste fait d’une fluidité structurale et de trajets visuels infinis. Entre Alice qui traverse les miroirs et Icare aspiré par l’infini du ciel et des trajets, le monochrome du modernisme ressurgit soudain dans cette pièce de multiples monochromes numériques superposés pour recréer «un post -digital mirror» lumineux, vidé de toute chair. Mais dans cette nouvelle «folie du voir» la distance conditionne l’accès à une indétermination sans frontière, une quatrième dimension qui ouvre sur une esthétique du temps éphémère et stratifié… Extrait de « Un nouveau régime des images » par Christine Buci-Glucksman ».

 

capture-decran-2017-01-16-a-21-15-10

8, rue des coutures saint-Gervais 75003 Paris

ouvert entre mardi et samedi 13 à 18H

MOMENTS digital art project

ARTPLATEFORME a le plaisir de vous inviter à l’exposition

 « MOMENTS »

Digital art project

 Vernissage le Samedi 14 Janvier 2017 de 18h à 20h

 Exposition du Samedi 14 janvier jusq’au mercredi 18 janvier 2017

 

16111242_1799677220249641_1370726729_n

MOMENTS Group Show ARTPLATEFORME propose un voyage au cœur des moments, des instants, du temps, ce substantif « indéfini et homogène dans lequel se situent les êtres et les choses et qui est caractérisé par sa double nature, à la fois continuité et succession. » Entre un passé et un présent aux aspirations nouvelles nous poursuivons notre recherche dans l’art numérique afin de contribuer à la l’affirmation des œuvres digitales et post digitales Pour cette occasion nous accueillons de jeunes artistes matérialisateurs du temps que nous connaissons déjà bien et qui n’en sont pas à leur coup d’essai :

 

Mathieu Merlet Briand est artiste chercheur à EnsadLab au sein du programme Reflective Interaction, enseignant en digital média à l’EnsAD et en BTS à blanche de castille (78). Il vit et travail à Paris. Il est diplômé de l’EnsAD en design produit en 2013. Pendant son cursus il a bénéficié d’un voyage d’études à L’ECAL en suisse.

Son travail se focalise sur l’étude d’une matérialité numérique. Au travers d’une démarche théorique critique et expérimentale, il cherche à questionner notre rapport contemporain au digital, à faire émerger des interférences perceptives et tangibles inhérentes à ces technologies.

 

Miyö Van Stenis est né en 1989 à Caracas (Venezuela).

Son travail explore de manière esthétique les interfaces technologiques, les systèmes d’exploitation, les logiciels et autres dispositifs impliqués dans la routine quotidienne d’internet.

L’intérêt existant dans la représentation de la relation entre des humains et des machines, la poésie et la science informatique, transforme la quête de l’artiste en un travail expérimental où la machine s’exprime, comme une sorte de reflet hyperbolique de son monde. Il en résulte une action performative dont la valeur réside dans l’action humaine et qui crée un point de rencontre entre l’homme, la machine, l’erreur et le désir indéniable de beauté poétique.

 

Élisabeth Caravella est une artiste vidéaste française née en 1986. De nature autodidacte, elle s’initie dès l’adolescence à la vidéo, au net art et à l’image de synthèse. Son intérêt pour les arts numériques l’amène en 2007 à suivre un cursus artistique à l’École Européenne Supérieure de l’Image (EESI). Elle y réalisera notamment Coup de fil anonyme (2009), un film expérimental animé sous le logiciel Photoshop. En 2010, elle s’intéresse à la motion capture et à la stéréoscopie et réalise Pianocktail, un court-métrage d’animation en relief qui remporte le premier prix du Film Hors Normes à la Géode. Elle poursuit ses études aux Arts Décoratifs de Paris et réalise Il n’y a pas de route (2011), un autoportrait vidéo mêlant documentaire et installation. En 2012, elle entre au Fresnoy et fait la rencontre de Miguel Gomes et de Robert Henke (alias Monolake). Elle réalise pour sa première année le court métrage de fiction Une pâte brisée, une histoire sans drame (2013) puis Howto (2014), un tutoriel vidéo adapté au cinéma.

 

Kamilia Kard travaille le digital, les images statiques et animées, elle les transforme en GIF, sites, impressions, vidéos et installations. Son intérêt pour les images classiques et traditionnelles – qu’elle trouve dans l’immensité des archives disponibles sur Internet – est quasiment toujours à rapporter à des histoires, des souvenirs et des sentiments personnels. Dans son Free Falling Bosch, l’artiste se réfère au Jardin des Délices de Jérôme Bosch pour offrir une représentation dynamique d’une problématique contemporaine : le sentiment de vertige procuré par un monde sans fin, un océan d’informations prenant sa source dans l’infini scrolling, ainsi qu’une instabilité du système politique, économique et social. D’autres œuvres de Kard dénotent de sa prédilection personnelle pour l’école russe et hongroise du XIXe siècle, où les peintures historiques et les comtes princiers sont déjà envahis d’images « contemporaine » liée à la fantaisie, au « soft porn » et au jargon du web, mises en avant au moyen de références à la culture populaire, mêlées à d’autres composants plus personnels habituellement transmis à travers la peinture.

Pedro Morales est un pionnier de l’art numérique en Amérique Latine. « La Mirada » (vers 1989), réalisée entièrement sur PC 8088, est une des premières œuvres d’art numérique connues de cette région. Elle s’est vue décerner le premier prix à un concours local autour du thème du recyclage. Son installation « la Mirada » recycle les souvenirs des maisons de son enfance, explore les espaces intimes du foyer à l’aide de tous nouveaux médias.

Depuis dix-huit ans, l’étude de Morales sur les arts visuels a toujours conservé comme thème principal de son œuvre digitale le foyer, les espaces et les êtres ci-présents. Il se sert de formes géométriques fractales pour représenter les carreaux au sol, les icônes religieuses et les paysages tels qu’on les voit à travers la fenêtre. Il sculpte la beauté à partir de la technologie pour montrer le foyer qui nous définit comme humains.

Morales a étudié en profondeur la stéréographie à travers ses propres volumes virtuels, objets tridimensionnels et chiffres, libérés de tous les fils et écrans, quoique inaliénable à leur nature digitale. Il fallut 10 ans à Morales pour montrer le résultat d’une telle recherche dans ses œuvres plus récentes. « Bordados Porno » est la conséquence d’un long isolement créatif, un pas en avant qui ose définir une nouvelle frontière à l’art numérique, une révision des limites en défiant les possibilités de la réalité virtuelle.

Il est lauréat de nombreux prix prestigieux en Amérique Latine et internationaux (ARCO Madrid, Ars Electronica, etc.).

 

12, Rue de Thorigny 751003 Paris